Le message de Jean-Louis Fousseret


TOUS POUR BESANÇON, TOUS AUX URNES ! par jlf2014

Pour une ville capitale, votre vote est capital. Le 30 mars, Tous pour Besançon ! Tous aux urnes ! Découvrez dans la suite de ce billet le verbatim intégral de l’appel lancé par JLF dans la vidéo ci-dessus.

Bonjour à toutes et à tous. Alors à J-3, un appel, un appel qui se veut solennel. A toutes et à tous ceux qui se sont abstenu-es dimanche pour montrer leur mécontentement, face à la politique gouvernementale, je lance un appel. Demain, après-demain, dimanche, il ne s’agira pas d’élire un Député, un Président de la République, il s’agit d’élire le Maire, et l’équipe qui va durant les 6 années à venir, diriger notre ville. Il ne faut pas se tromper de débat.

Je serai demain un Maire qui défendra les valeurs de la République. La Liberté, l’Égalité, la Fraternité. Un Maire qui préservera aussi, la cohésion sociale de cette ville, qui n’opposera pas les uns aux autres, qui ne développera pas les peurs. qui ne stigmatisera pas une communauté contre une autre. Non ! Besançon doit rester la ville du vivre ensemble !

Dimanche, il faut se mobiliser : il faut aller voter. Il faut faire que toutes celles et tous ceux qui ont hésité, qui se disent « on attend le second tour », qu’ils se réveillent… car demain on ne peut pas imaginer que cette ville soit dirigée par des équipes de droite ou d’extrême droite qui d’une part ne connaissent pas cette ville, ne connaissent pas son histoire, et qui ont envie de continuer à dresser les gens les uns contre les autres.

La sécurité est un enjeu pour tous. Il faut que Besançon soit une ville calme et sûre pour que l’on puisse se déplacer quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit dans tous les lieux de la ville. Pour cela, nous allons renforcer la présence de la police municipale, mais nous allons aussi et surtout développer les actions de prévention, les actions d’éducation. Mais nous n’armeront pas la police municipale car c’est le rôle de la police nationale. Et je veux dire quand même à cet instant que je crois rêver, lorsque j’entends l’ex-Député Grosperrin, candidat à la mairie de Besançon, dire qu’il va faire payer aux Bisontins 50 postes de policiers municipaux alors que lorsqu’il était Député entre 2008 et 2012 il a supprimé 40 postes, ici, à Besançon. Quel culot quand même, de vouloir faire payer aux Bisontins et Bisontines ce qui a été supprimé par ses amis qui étaient au Gouvernement pendant qu’il était lui-même Député.

Vous savez, j’entends beaucoup de choses, beaucoup de promesses… Moi, ma priorité numéro 1, c’est l’emploi ! Créer de l’emploi pour que chacun ici puisse vivre décemment. Pour que les jeunes, qui étudient ici à Besançon, qui sortent de nos écoles professionnelles, de notre Université, puissent trouver l’emploi ici. L’emploi ? Ce n’est pas en claquant des doigts qu’on fait venir 5.000 emplois… D’ailleurs 5.000, pourquoi pas 10.000 ? Pourquoi pas 15.000 ? Moi, je crois au travail et à la persévérance.

Et de l’emploi, nous en avons créé. Nous avons créé 2.200 emplois sur Témis innovation. Plus de 1.000 emplois sur sur Témis santé, … J’ai annoncé il y a quelques heures la venue sur Besançon d’une grande société américaine qui, après avoir hésité entre Francfort et Londres, vient finalement s’installer à… Besançon !

Ici ? Nous avons de la chance. Nous avons un tissu de petites et moyennes entreprises qui sont très performantes. Et nous avons un socle. On ne construit pas dans le vide. Notre socle ? C’est ce qu’il reste de l’horlogerie : les microtechniques, la nanotechnologie, l’industrie du luxe, la relance de l’horlogerie, tout ce qui touche aussi à la médecine du futur, au génie biomédial autour de Jean Minjoz. Nous avons beaucoup d’atouts !

Ce n’est pas un hasard si le taux de chômage à Besançon est deux points en dessous de la moyenne nationale ! C’est parce que nous ne sommes pas rester – comme on dit – les deux pieds dans le même sabot, mais que loin des discours, loin de la démagogie, loin des promesses d’ailleurs auxquelles plus personne ne croit, nous avons tout simplement agi !

Alors, je vous le dis. J’ai confiance en vous. Et le 30 mars, oui, Tous pour Besançon !

Une grande journée de mobilisation en ce 27 mars !

Commentaires Clos.