Lettre aux enseignant-es de Besançon

Capture d’écran 2014-03-20 à 18.23.48Mesdames et Messieurs les enseignants des écoles bisontines,

Vous avez été destinataires d’un courrier de trois pages du candidat aux Municipales Jacques Grosperrin et de son colistier Monsieur Laurent Croizier votre collègue.

Je ne prendrai pas autant de votre temps pour vous expliquer quelle est la politique de la Ville de Besançon en matière d’éducation, ni répondre point par point au courrier de ce candidat.

Car vous savez bien que c’est à vos côtés, depuis 13 ans, que nous œuvrons avec l’Adjointe Françoise Fellmann et la Direction de l’éducation dans l’intérêt des enfants et de vos conditions d’enseignement.

C’est avec vous que j’ai défendu les conditions d’accueil dans les classes, que nous avons refusé ensemble les mesures de cartes scolaires des gouvernements Chirac et Sarkozy qui fermaient les classes à la calculette et les postes de RASED au mépris de la défense du Service Public d’éducation et de l’intérêt des élèves.

C’est l’ex-Député Jacques Grosperrin qui a voté, en 2008, la fin des cours le samedi matin sans concertation ni allègement des contenus d’enseignement ce qui a eu pour effet d’augmenter le poids des quatre autres journées.

C’est le même ex parlementaire qui a été à l’initiative du rapport d’information sur la formation continue et la formation initiale et prévoyait la suppression de tous les concours en expliquant que seul le master suffisait aux enseignants. Cette proposition lui a valu l’exploit (fait rarissime) de voir les membres de sa propre commission refuser la publication du texte. Cette proposition remettait en cause l’égalité républicaine et l’idée de formation disciplinaire de haut niveau et le respect du statut de la fonction publique.

Il est facile à Messieurs Grosperrin et Croizier de critiquer la réforme des rythmes scolaires et sa mise en œuvre à Besançon. Je tiens à vous préciser que les conseillers municipaux sortants de l’UMP, du Modem et de l’UDI n’ont fait aucune proposition concernant la mise en œuvre de la réforme des rythmes et la construction du Projet Éducatif de Territoire.

Depuis toujours, la Ville de Besançon a toujours considéré l’école comme une de ses principales priorités et j’entends continuer ainsi avec l’équipe qui se présente à vos suffrages.

Je vous adresse mes salutations les meilleures.

Jean Louis Fousseret

Commentaires Clos.